indemnite usurpation d'identite credit
mlgeb 15 décembre 2021 Aucun commentaire

Il est très rare qu’une carte de crédit à la consommation soit établie à votre nom à la suite d’une usurpation d’identité, et vous serez contraint de payer des mensualités pour une dette que vous n’avez jamais sollicitée.

Des emprunteurs abusés ont été fichés au FICP de la Banque de France pour événement de paiement pour cette raison dans certaines situations. Comment faire face au crédit à la consommation et à l’usurpation d’identité ? Lisez ce qui suit pour le savoir.

Comment l’usurpation d’identité peut-elle être utilisée pour obtenir un crédit à la consommation ?

Depuis quelques années, le nombre de cas d’usurpation d’identité concernant des crédits à la consommation est en augmentation en France, notamment par la récupération de papiers d’identité par le biais de courriels. Le vol est généralement découvert lorsque les emprunteurs abusés reçoivent des courriels ou des lettres suggérant qu’ils ont obtenu ou refusé un crédit auquel ils n’ont jamais adhéré.
L’essor des fraudes sur Internet, comme les faux courriels de grands organismes comme EDF, facilite la collecte d’informations personnelles, qui peuvent ensuite être utilisées pour demander des prêts à la consommation, particulièrement ceux qui nécessitent des pièces justificatives, ils sont les plus limités, comme les prêts personnels.

Usurpation d’identité sur les crédits à la consommation : que faire ?

La première étape après avoir découvert un abonnement de crédit à la consommation à la suite d’une usurpation d’identité est d’enregistrer une pré-plainte sur le site officiel de l’État. Cela vous permettra de fixer un rendez-vous et de présenter de nombreux documents liés au vol, tels que des avis de la banque exigeant le paiement.
Ensuite, en exposant les irrégularités, vous devez établir que vous n’êtes pas la personne qui a souscrit ce crédit à la consommation. Cela peut être le résultat de la souscription d‘un prêt automobile après l’achat d’un véhicule, par exemple.
La deuxième étape consiste à contacter immédiatement la Banque de France pour voir si vous êtes inscrit au fichier central des incidents de paiement ou de surendettement. Si l’usurpateur a contracté de nombreux crédits à votre nom, cette dernière pourra prévenir les banques concernées. Vous devez déposer une plainte au commissariat de police :

  • En indiquant les noms des nombreux établissements concernés ;
  • Et leur remettre le rapport une fois que vous avez les noms des différents établissements concernés.

Toutes les demandes et correspondances, qu’elles soient destinées aux banques ou à la Banque de France, doivent être adressées par écrit, par lettre recommandée avec accusé de réception.

Laisser un commentaire